Travel // Les Montagnes du Nord #3

Après avoir plongé dans le bain grâce à notre passage à Hanoï, nous voilà plus que jamais curieux de découvrir une région encore préservée du tourisme de masse, difficile d’accès où nous passerons une semaine sur les routes, entre treks et rencontres avec les ethnies.

Hà Giang

La région de Hà Giang est située à 350 km au nord d’Hanoï où nous séjournerons pendant 2 jours chez l’habitant dans une famille Tay afin de nous imprégner de la singularité de cette vie tribale qui a su conserver l’essentiel de ses traditions.

La maison est typiquement caractéristique de l’ethnie Tay avec son toit en feuilles de latanier, son parquet en bois d’iroko, sa charpente assemblée par un savant système d’embrèvement, ses ouvertures sur les quatre côtés pour permettre une meilleure ventilation et, au centre de la maison, l’autel des ancêtres.

Nous dormirons tous au même étage, séparés par nos moustiquaires respectives. En attendant, tout le monde s’affaire pour la préparation du dîner, que nous dégusterons au centre de la pièce, femmes d’un côté, hommes de l’autre, copieux, délicieux et rythmée par les shooters d’alcool de riz (obligatoires pour ne pas vexer la famille d’accueil). Jules en fera l’expérience avec pas moins de 15 verres cul sec (tram phân tram!) et 2 bouteilles descendues (chaque bouteille commencée doit être finie).

IMG_1609
Dans les rizières pendant notre trek

Le lendemain, un trek d’une journée nous attend depuis la maison d’hôte avec le chef de famille pour guide. Après une pluie forte qui nous a contraint à monter plus vite que prévu la montagne après avoir réquisitionné un scooter qui passait par là, le temps s’est vite calmé et nous avons pu profiter des paysages incroyables qui s’offraient à nous tout en croisant des Tay dans leur rizière. En toile de fond, la chaîne de montagnes Cô Tiên (Fées) offre un paysage d’une beauté à couper le souffle.

Retour à 19h dans notre famille d’accueil où nous arrivons à échanger plus facilement que la veille, nous trinquons tous ensemble et de nombreuses fois, main sur le cœur en riant avant de nous coucher épuisés par la journée passée.

En route pour Dong Van

IMG_2197C’est à Quyet Tien que nous visitons notre premier marché, petit avant goût de ce que nous verrons à Dong Van, où les différentes tribus des montagnes alentours se rassemblent chaque samedi. C’est l’occasion de rencontrer les différentes ethnies qui portent leur costume traditionnel et parlent leur propre langue.

IMG_7507

Les montagnes jumelles de Quan Ba (ville de Tam Son) méritent un arrêt. Grâce à ces monts en forme de seins, cette région possède un climat vraiment agréable avec une récolte abondante de légumes, de riz, de maïs et une variété de fruits tels que prunes, pêches, kakis.

La route est somptueuse, le haut plateau de pierre de Dông Van est connu comme l’un des 77 parcs géologiques dans le monde et le deuxième en Asie du Sud-Est après celui de Langkawi en Malaisie. Malgré les difficultés, des gens y vivent depuis des millénaires. Le plateau est peuplé essentiellement par les ethnies minoritaires Tays et H’mongs, qui pratiquent avec beaucoup de peine la culture de maïs sur les pentes rocheuses et escarpées.

À Sa Phin, à 12 km de Dông Van, nous nous arrêtons pour visiter l’ancienne résidence de Vuong Chi Sinh, roi des H’mongs. C’est un somptueux palais reproduisant l’architecture chinoise de la dynastie des Qing.

Dong Van

À Dông Van, nous avons été ébloui par les couleurs chatoyantes des costumes traditionnels des montagnards, et encore une fois par la vitalité qui émane de tous ces échanges et mélanges de culture.

De bonne heure, hommes et femmes H’mongs, accompagnées de chevaux chargés de marchandises, descendent des hautes crêtes. Les hommes y vendent leurs produits et en achètent. Ou bien, ils font ripaille autour d’une marmite de « thang cô », le plat préféré des montagnards, tout en buvant jusqu’à ce que le ciel et la terre leur semblent se confondre. Alors, doucement, leurs femmes les chargent sur le dos des chevaux qu’elles suivent d’un pas allègre sur le chemin du retour.

Dong Van est surtout la “porte d’entrée” d’une des routes les extraordinaires au monde. Dong Van-Meo-Vac, 13km de bonne route étroite en lacets accrochée a flanc de montagne monte le col de Ma Pi Leng. Fabuleux désert minéral dans lequel vivent pourtant les fameux H’mong noirs. Sur les pentes de rocaille, ça et là, une maison H’mong en pierres noires à peine visible au milieu des rocs de granit; aucune piste ne semble y conduire.

C’est en raison de son isolement par rapport au reste du pays, que Meo Vac est parfois surnommé le “nid d’aigle des Hmongs noirs”, ethnie minoritaire qui peuple cette région. Pour beaucoup de Vietnamiens, le nom de Meo Vac évoque le bout du monde.

Rencontre avec les Lo Lo noirs

IMG_8058
Une petite Lo Lo noire

Au dessus de Bao Lac, nous nous sommes arrêtés pour aller à la rencontre d’un village de Lo Lo noirs où nous avons été accueillis par une famille pour boire le thé et découvrir leur mode de vie.

Les Lo Lo  vivent en hameaux, toute la famille vit dans une même maison traditionnelle sur pilotis de bois de fer, construites dans des endroits hauts et secs, surplombant les vallées. L’espace se divise en trois travées : la travée centrale comporte l’autel des esprits de la maison (endossé à la cloison postérieure) et, en face de celui-ci, tout près de la porte d’entrée, la cuisine. Les deux travées latérales servent de chambres à coucher. Les animaux domestiques vivent sous la maison : buffles, vaches, cochons, canard, canards, poules, chiens et chats…

Parc national de Ba Be

Au creux des cordillères de Ngan Son et de Song Gam, se trouve le lac de Ba Be, surnommée « La baie d’Halong en montagne ». En 1993, Ba Be a été classé parmi les 20 plus beaux lacs du monde.

Arrivée vers 18h, nous partons en vélo en longeant la rivière qui mène au lac pour rejoindre la grotte Hua Ma située à 6 kms. La nuit tombe, nous sommes les seuls à visiter la grotte, nous prenons le temps d’apprécier la fraicheur de la grotte ainsi que ses nombreuses formations calcaires.

Retour chez l’habitant où nous séjournerons deux nuits. entre villages des ethnies minoritaires et rizières sur fond de montagne, le retour en vélo est impressionnant.

IMG_8538Le lendemain, nous partons très tôt pour un trek d’une journée. Départ à 7h30, il fait déjà très chaud, et on comprend déjà que l’on va souffrir de la chaleur durant cette longue marche. De Pac Ngoi où se trouve notre maison d’hôte nous partons en bâteau jusque Bo Lu avec un guide qui  nous accompagnera toute la journée. Les paysages sont splendides, les habitants sont déjà à l’œuvre dans les rizières, et les buffles se rafraichissent dans le lac avant d’être utilisés dans les champs. Le bateau nous laisse au milieu des rizières et nous profitons de ces moments de quiétude pour prendre conscience de l’endroit où nous nous trouvons. Nous marcherons comme ça sur le plat pendant une heure. Pour éviter de glisser et de nous enfoncer dans le sol meuble, nous suivons notre guide et nous retirons nos chaussures, massage des pieds assuré dans la boue.

Et puis, nous ne pouvons plus y échapper, le guide nous montre le chemin à emprunter, il va falloir grimper. Nous nous armons de courage, il fait déjà 35 dégrés et très très très humide, et nous y allons. Nous sommes comme perdus dans les montagnes, dans un endroit reculé. Il ne devrait y avoir personne, c’est impossible de vivre ici, pourtant quelques scooters nous saluent sur la route et nous disent que nous sommes fous de venir ici. Pendant les 7 heures qui suivront nous verrons quelques maisons disséminées sur notre route. Nous nous arrêterons d’ailleurs pour déjeuner dans l’une d’entre elles, et surtout je ne compte plus les arrêts pour nous réhydrater. Nous sommes littéralement en nage, trempés, pas d’air pour nous rafraichir nous sécher un temps soit peu. Notre guide même fit une insolation et on a failli le perdre vers la fin de la marche. Les paysages sont moins impressionnants qu’à Ha Giang, mais purée que c’est beau ! Les cultures dans les montagnes reculées, les sourires sur notre passage, l’effort et la chaleur.

IMG_8924Nous arrivons enfin, nous entendons la cascade Dau Dang qui est un appel au rafraichissement. La baignade tant attendue se rapproche. Nous changeons alors de cap pour couper à travers la forêt primaire. Voilà nous y sommes, la récompense après tant d’efforts, 26 kms dans le cagnard. Le bateau est là, notre chauffeur avec qui Jules s’entend bien nous rejoint, nous remontons la rivière jusqu’au premier lac, où nous pourrons nous baigner tous ensemble. La température de l’eau est divine. Nous restons là pendant une petite heure en barbotages et plongeons. La vie est belle.

Dernière nuit à Babe avant de repartir vers des paysages inédits, la Baie d’Halong !

Vite la suite !
Baie d’Halong et baie d’Halong terrestre
Le Centre du Vietnam
Le Sud du Vietnam

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s